Paul, guide d’Endallah et sa famille ont souhaité accueillir des voyageurs dans leur village de Nyamburi, au sein de la tribu Kuria, au Nord Ouest du Parc National du Seregenti. Pour héberger leurs hôtes, ils ont choisi de construire des huttes traditionnelles dans leur ‘boma’ (regroupement de huttes familiales) pour que les voyageurs puissent partager leur quotidien et vivre une vraie immersion.

La construction a duré 6 mois et a été effectuée selon le tradition Kuria avec des matériaux locaux et des méthodes écologiques !

Un projet décidé et géré par les villageois

La famille de Paul et les voisins se sont réunis en avril 2018 pour décider du mode de construction des huttes et se diviser le travail. Ils ont décidé de construire les huttes selon le mode de construction traditionnel « renforcé ». Dans le village, certaines huttes sont en bois et en torchis. Elles sont peu coûteuses mais fragiles et résistent en général 3 à 5 ans, avant de s’effondrer pendant une dure saison des pluies. Les autres huttes, plus résistantes, sont construites en briques. C’est ce mode de construction qui a été privilégié par la communauté Kuria.

1ère étape: fabrication des briques

L’argile de termite utilisée pour la fabrication des briques a été minutieusement choisie par les villageois dans le boma de la maman de Paul. Elle a été récoltée puis mise au repos pendant 1 mois avant d’être modelée sous forme de briques. Les locaux ont ensuite construit un four traditionnel au bois pour y faire cuire les briques pendant 7 jours.

2ème étape: les fondations et la construction

Mama Paulo et ses voisins ont collecté des pierres dans le boma : les plus grosses ont servis pour les fondations, et les plus petites (cassées par Mama Paulo elle-même !) ont été mixées avec du béton provenant de Mugumu, la ville la plus proche, pour faire le sol.

Les murs ont ensuite été montés grâce à un mélange de briques et de boue. Les briques remplacent peu à peu les branches d’arbre, qui sont moins résistantes à la pluie, dans les constructions traditionnelles Kuria.

3ème étape : le toit

Les villageois ont coupé du bois du sisal, et ont d’abord positionné 4 « poutres » principales et plus épiasses avant d’ajouter d’autres branches plus fines. Une fois le toit consolidé par des cordes, la famille de Paul a pu poser l’herbe sur le toit. Attention, la méthode ancestrale préconise de commencer par le bas du toit pour remonter jusqu’au sommet, car cela rend le toit imperméable !

4ème étape : la plomberie et l’électricité

Pour plus de confort pour les voyageurs, la famille a choisi d’installer des toilettes et une douche, alimentées par une cuve qui récolte l’eau de pluie. Tout le matériel de plomberie provient de la ville voisine de Mugumu. Enfin, un panneau solaire a été installé pour éclairer la hutte.

Après 6 mois de travaux et d’implication de toute la communauté Kuria, les huttes sont fin prêtes pour accueillir les premiers voyageurs en juin 2019 ! Mama Paulo n’en revient toujours pas que des voyageurs viennent d’aussi loin pour découvrir son village et son mode de vie …

Une occasion unique de vivre une immersion authentique chez les Kuria et de passer des nuits inoubliables !