La Grande Migration des zèbres et des gnous. Une image dont nous rêvons en pensant à la Tanzanie. Ce phénomène époustouflant et unique au monde se déroule entre le Parc National du Serengeti et la Zone de Conservation du Ngorongoro. Des millions de zèbres et de gnous se déplacent au rythme des pluies toute l’année. Bien qu’il soit difficile de prévoir où se trouvera exactement la migration à une certaine date (notamment car les déplacements dépendent des conditions météorologiques), il est possible de distinguer des grandes phases. Nous vous donnons tous nos conseils pour maximiser vos chances de voir la migration : choix de la période, phénomènes spécifiques et hébergements !

Janvier à Mars = Zone du Ndutu, période des naissances

Entre janvier et mars, la grande migration se trouve à l’extrême sud du Parc du Serengeti et dans la Zone du Ndutu (au sein de la Zone de Conservation du Ngorongoro). C’est la période des naissances des zèbres et des gnous, donc une période propice pour la chasse. S’il est plutôt difficile de voir une naissance en direct (mais qui sait, vous serez peut être parmi ces grands chanceux ?), vous pourrez en revanche observer les lions ou guépards guetter les bébés les plus fragiles pour attaquer à la moindre baisse d’attention de la mère.

A cette période, la migration est « facilement accessible » pour toute personne faisant un safari dans la zone Centrale du Serengeti (le Seronera) ou dans le Cratère du Ngorongoro. Pour profiter au maximum du spectacle, nous vous conseillons de dormir au cœur de la migration dans la zone du Ndutu. L’option lodge conviendra bien aux voyageurs qui recherchent charme et confort après une bonne journée de safari (si c’est votre choix, nous vous conseillons le Ndutu safari lodge, une institution!), et l’option bivouac conviendra à tous les amoureux de la nature, qui veulent passer une nuit au plus près des animaux. Imaginez vous avec une tente et un feu de camp, au beau milieu de la savane, sans aucune autre compagnie que celle des gnous (et de votre guide bien sûr !) … Une expérience unique ! Attention, il faut réserver ces emplacements de bivouac très à l’avance car ils sont pris d’assaut à cette période de l’année !

Avril à Juin = Corridor Ouest du Serengeti

Quand les pluies se font plus rares dans la région du Ndutu, la migration se déplace dans le corridor Ouest du Serengeti. Pour les voyageurs se rendant dans le Serengeti, il est tout à fait possible de consacrer un ou plusieurs jours à l’observation de la migration. Vous pourrez soit dormir dans la région centrale du Seronera et faire l’aller-retour dans la journée, soit dormir dans le corridor Ouest.

Au moins de juin, il arrive que la migration sorte du Serengeti pour traverser la région de Mugumu. Elle se retrouve alors au milieu de villages ruraux, dont le village de Nyamburi, où nous vous pouvez séjourner dans la famille de Mama Paulo. C’est un spectacle incroyable de voir tous ces animaux au milieu des villages, mais cela donne également lieu à beaucoup de braconnage. L’occasion de discuter de ce fléau avec les habitants du village !

Juillet à Octobre = région du Nord Serengeti et Kenya, période des Grandes Traversées

A partir de juillet, la Grande migration se trouve à l’extrême nord du Serengeti, dans la région de Kogatende. Le trajet pour rejoindre le Nord du Serengeti depuis le sud du Parc est assez long, c’est pourquoi nous conseillons de passer au moins deux jours dans le Nord.

C’est également à cette période que vous pourrez observer (avec un peu de chance !) les fameuses grandes traversées de la Rivière Mara. La traversée de cette rivière est un passage obligé pour les gnous afin de rejoindre les terres Kenyanes. Mais c’est une traversée de tous les dangers … les crocodiles sont prêts à bondir et beaucoup de gnous y laissent leur vie. Privilégiez la période de mi-juillet à mi-août et de mi-septembre à mi-octobre pour maximiser vos chances de voir des traversées.

Si vous vous rendez dans le Nord Serengeti à cette période de l’année vous pouvez soit dormir dans un Camp de brousse au plus près de la migration, soit retourner dormir dans la famille de Paul à Nyamburi le soir.

Observer la Grande Migration nécessite un peu de patience et de chance et parfois beaucoup de trajets, mais tous ceux qui l’ont vu s’accordent à dire que cela restera parmi les plus beaux souvenirs de leur voyage …