Safari dans la Zone de Conservation du Ngorongoro

Zone de conservation tanzanie

La Zone de conservation du Ngorongoro, terre de Maasaï semi-nomades, se situe au nord de la Tanzanie et fait partie de l’incroyable circuit des grands parcs du nord du pays. Cette aire est l’un des rares endroits au monde où vous pouvez observer à la fois les fameux Big Five et la plus grande migration annuelle au monde de gnous et de zèbres ! Il

Entouré par l’immense parc du Serengeti, du lac Manyara et du Tarangire, le domaine abrite le mythique cratère du Ngorongoro, jardin d’Eden de la vie sauvage.

Véritable berceau de l’humanité, la zone de conservation du Ngoronrogo est un trésor archéologique vous menant sur les traces des premiers hommes dans les gorges d’Olduvai! Depuis ses décors volcaniques à ses grandes plaines rejoignant le Serengeti, ce domaine cache de nombreuses facettes ! A vous de les découvrir !

Présentation de la Zone de Conservation du Ngorongoro

Située dans la région d’Arusha, la zone de conservation a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1979 avec son impressionnant cratère du Ngorongoro . Le domaine rejoint l’incroyable écosystème de son parc voisin, le Serengeti.

Superficie : La zone de conservation s’étend sur une superficie totale de 8 292 km². Le cratère du Ngorongoro, la partie la plus visitée de la zone de conversation, a un diamètre de 22,5 km et sa superficie totale est de 326km2.

Accessibilité : Cette zone se trouve seulement à une trentaine de minutes de la petite ville de Karatu.

Frais d’entrée : 71 USD par adulte / 24 USD par enfant (5 – 15 ans)

Paysages: Au sud se trouve la magnifique formation géologique du cratère Ngorongoro. Le reste du parc se divise en deux parties assez distinctes. A l’Est, les massifs volcaniques et les cratères offrent un paysage accidenté tandis qu’à l’Ouest le décor des plaines du sud du Serengeti se prolonge, attirant de nombreux herbivores lors de la saison des pluies.

Le cratère du Ngorongoro

Classé au patrimoine de l’Unesco avec la zone de conservation, le Ngorongoro est un des plus beaux bijoux d’Afrique. Créé à la suite de l’explosion d’un volcan qui s’est rapidement effondré, cette magnifique caldeira est le berceau d’une vie sauvage foisonnante et de paysages époustouflants.

Les remparts de cet incroyable site géologique sont formés par d’impressionnantes pentes vertigineuses. Depuis le point de vue d’Heroes Point, en haut du cratère, vous prenez conscience des dimensions grandioses de cet endroit unique avec une vue plongeante 600m plus bas!

Quelques 30 000 animaux vivent dans le cratère avec les célèbres Big Five ! Le Ngorongoro abrite de rares rhinocéros noirs encore existants et serait le refuge de la plus grande concentration de prédateurs d’Afrique avec un nombre conséquent de lions !

Bien d’autres espèces sont observables : girafes, gnous, zèbres, éléphants, antilopes, hippopotames… Sans oublier les oiseaux avec les colonies de flamants roses qui envahissent chaque année le lac Magadi !
Pour un réveil aux portes du Ngorongoro, vous avez la possibilité de camper au bord du cratère en pleine nature !

Si vous êtes intéressés par ce parc, n’hésitez pas à consulter notre guide pratique complet sur le cratère du Ngorongoro.

Les Maasaï du Ngorongoro

La zone de conservation du Ngorongoro a vu des Maasaï semi-nomades arriver sur ses terres vers 1850. Leur présence a été fortement compromise lors de la création du parc National du Serengeti en 1951, entrainant des conflits avec leurs habitudes ancestrales. Afin de respecter le mode de vie des Maasaï, la zone de conservation du Ngorongoro a été détachée du Serengeti en 1959.

Aujourd’hui quelques dizaines de milliers d’éleveurs de bétail vivent en harmonie avec la faune et la flore de la zone, entourés de leurs ânes, chèvres, moutons et autres animaux. Ils se déplacent dans la région en fonction des saisons : en période sèche ils se dirigent vers les forêts et les collines tandis que pendant la saison des pluies ils se déplacent à l’ouest, vers les grandes plaines.

Lors de votre safari, vous pouvez régulièrement les voir le long de la route emmenant leurs bêtes s’abreuver et paître vers le cratère du Ngorongoro ou le Serengeti.

Si vous souhaitez découvrir un peu plus la culture Maasaï, il est possible de réaliser un magnifique parcours à pieds sur le territoire de ce peuple riche en traditions. Depuis la Zone de Conservation du Ngorongoro jusqu’à la région du Lac Natron votre guide Maasaï vous fait découvrir le pays et la culture de sa tribu en vous partageant son savoir-faire et connaissances. Vous en apprenez un peu plus sur les plantes et les secrets de la brousse.

Le cratère d'Empakaai et d'Olmoti

En plus du fameux cratère du Ngorongoro, la NCA (Ngorongoro Conservation Area) abrite deux autres cratères dont l’activité volcanique a formé les contreforts des volcans sur les dix derniers millions d’années. Les cratères Empakaï et Olmoti, vivant dans l’ombre du Ngorongoro, valent pourtant le détour. Ils offrent l’opportunité de vivre un safari atypique, loin des autres voyageurs et des circuits classiques.

Le cratère d'Empakaai

cratère d'Empakaai

Des deux cratères, il est celui qui a le plus d’attrait, avec un diamètre de 8 kilomètres et une profondeur de 540m. La vue depuis le cratère d’Empakaï est une des plus spectaculaire d’Afrique de l’Est. Lors d’un trek en terre Maasaï, vous avez la chance d’en admirer toute la beauté. Au cœur du cratère, un lac salé alcalin d’une soixantaine de mètres de profondeur est entouré par des pentes forestières.

Les zones émeraudes du lac sont fréquemment teintées de rose avec des milliers de flamants roses et d’autres oiseaux aquatiques. Au niveau des mammifères quelques éléphants et léopards sont encore présents dans la zone, mais les buffles, singes bleus, cobes et élans sont plus facilement observables, en particulier au sein du cratère.

La route entre le Ngorongoro et Empakaï prend environ 90 min. Elle emprunte les contreforts extérieurs en passant à travers des marais alpins (tourbières) avant d’atteindre la vue fantastique sur le cratère Ol Doinyo Lengaï et, par temps clair, sur le Kilimanjaro et le lac Natron. Un 4×4 est bien entendu nécessaire et si vous voulez vous dégourdir les jambes, une randonnée est possible aux abords du cratère Empakaai et à l’intérieur de celui-ci.

En traversant sa forêt tropicale, vous partez explorer ses alentours avec un guide ou ranger. En 2008, un excellent sentier de randonnée menant au cratère à été ouvert : une marche pentue mais magnifique de 45 minutes vous attend et vous prend bien plus longtemps si vous cherchez à observer toutes les espèces d’oiseaux sur le chemin.

Vous pouvez effectivement voir de nombreux oiseaux comme le magnifique touracos. Vous profitez de la beauté et de la sérénité des lieux tout au long de votre balade.

Le cratère d'Olmoti

Si la randonnée à Empakaai n’a pas entamé toute votre énergie, le plus petit, néanmoins grandiose, cratère d’Olmoti, vaut vraiment le coup d’oeil sur le chemin du retour vers le Ngorongoro. C’est une caldeira effondrée, située près du village Maasaï de Nainokanoka, loin de tout visiteur.

Le cratère d’Olmoti signifiant « marmite » en Maasaï, est peu profond, couvert de hautes herbes et est traversé par une rivière qui offre de bons pâturages pour le bétail des Maasaï.

Depuis le village Maasaï, vous pouvez suivre un petit chemin emprunté par les éleveurs et leurs troupeaux. Le sentier traverse une forêt luxuriante vous permettant d’observer les plantes ainsi que de nombreux oiseaux et papillons. Votre route vous mènera à la rivière de Munge qui coule à flanc de montagne et forme une cascade spectaculaire. Cette dernière est une des sources alimentant le lac Magadi du Ngorongoro.

Après avoir traversé des prairies et forêts de montagnes, vous profitez loin de tout visiteur d’une magnifique vue depuis le cratère d’Olmoti. Vous pouvez apercevoir quelques oiseaux, comme des buzards et aigles de Verreaux, virevoltant dans les airs. Par temps clair, ce point de vue vous offre un aperçu du mur Sud du cratère du Ngogongoro.

Les Gorges d'Olduvaï

Les gorges d’Olduvai sont un des plus impressionnants sites préhistoriques et archéologiques du monde. Avec un incroyable gisement de fossiles d’hominidés, ce site est un incontournable pour les voyageurs amateurs de paléontologie et d’histoire. Vous partez sur les traces de nos ancêtres au cœur d’une vallée digne d’un décor de Western à couper le souffle !

Les gorges d’Olduvaï se trouvent dans la NCA, à environ trois kilomètres au nord de la principale route ralliant le cratère Ngorogonro et le Serengeti. C’est un spot populaire où il est bon de s’arrêter pour la pause pique-nique.

C’est une belle occasion pour admirer ce site époustouflant. Vous avez tout le loisir d’observer autour des gorges, une large variété d’oiseaux comme le barbet rouge ou jaune, le gonolek ardoisé, le cratérope rubigineux, le cordonbleu violacé, le sporopipe quadrillé…

les gorges d'olduvai en tanzanie

Historique des Gorges d'Olduvai

C’est difficile à croire aujourd’hui mais au cours de ces deux derniers millions d’années, les gorges d’Olduvaï étaient recouvertes par un lac. La fluctuation du niveau des eaux au cours des âges a laisser de nombreuses strates apparentes.

L’activité géologique au cours des récents millénaires, en lien avec la création du Grand Rift, a entrainé la formation d’un nouveau lac à l’Est. Ce dernier s’est vidé et la rivière ainsi créée, a creusé la gorge, donnant naissance au site que l’on connaît aujourd’hui.

L’importance des gorges d’Olduvaï, d’un point de vue archéologique, a été reconnu dès le début du 20ème siècle par le professeur Katwinkle, un entomologiste allemand. L’essentiel des recherches ont été poursuivies par les paléontologues et préhistoriens Mary et Louis Leakey. De nombreuses expéditions, viendront mettre à jour quantité de fossiles animaux, ainsi que de nombreuses traces d’hominidés (des premiers hommes).

Musée des Gorges d'Olduvai

Le musée des gorges d’Olduvaï se situe aux abords des gorges et permet de mieux comprendre le site archéologique et les sites fossilifères de Laetoli. C’est une visite intéressante pour tout ceux qui souhaitent avoir un aperçu des premiers hommes en découvrant des fossiles d’hominidés des gorges d’Olduvai vieux de plusieurs millions d’années.

La visite est intéressant bien qu’elle reste très chère pour la quantité d’informations exposées

La région Ndutu: La vie sauvage du Ngorongoro

gnous zèbres serengeti

La région du Ndutu qui s’étend du Serengeti jusqu’à la zone de conservation du Ngorongoro, offre une faune variée et est un lieu de passage chaque année pour la grande migration de gnous, de zèbres et d’antilopes. Les animaux migrateurs font une grande boucle entre le Kenya et la Tanzanie se déplaçant au fil des saisons entre le Masai mara et le Serengeti.

Entre décembre et mars, ils envahissent les plaines du sud du Serengeti allant jusqu’au lac Ndutu et au lac Masek à l’ouest de la NCA. Ces immenses espaces plats dépourvus de forêts permettent aux herbivores de repérer facilement les prédateurs qui ne sont jamais loin !

C’est l’endroit idéal pour donner naissance aux petits gnous. En quelques semaines, des milliers de bébés voient le jour. En janvier et février vous avez donc des chances d’observer les nouveaux-nés gnous!

La région du Ndutu est donc l’une des plus intéressantes de la NCA en terme de vie animale. Suivant les saisons vous pouvez observer des zèbres, gnous, impalas, gazelles de Thomson, girafes, bufflesLes félins sont présents dans le secteur tout le reste de l’année et des flamants roses viennent régulièrement colorer les eaux salines du lac Ndutu.

Dans cette zone difficile, il n’est pas évident de se repérer, il est donc important d’avoir un guide expérimenté. Ne vous inquiétez pas, tous les guides d’Endallah sont formés pour vous y conduire !

Autour de la Zone de Conservation du Ngorongoro

Le lac Eyasi

Les rives du lac Eyasi bordent la limite extrême-Sud de la zone de conservation du cratère du Ngorongoro.

Le lac Eyasi, situé dans la Vallée du Grand Rift, la plus ancienne faille au monde, est un lac salé endoréique du nord de la Tanzanie. Au pied du plateau du Serengeti et du massif du Ngorongoro, le paysage du lac diffère considérablement des régions voisines.

Comparé aux hautes herbes du Serengeti et du Ngorongoro, la végétation est plutôt tropicale. Des palmiers bordent les eaux, et abritent des oiseaux comme le très coloré Inséparable de Fisher. On y trouve également quelques mammifères selon la saison. Le temps est presque toujours très chaud et aride, car le lac est situé au fond de la vallée du Grand Rift.

Dans la région du lac, aussi connue comme la Vallée de Yaeda , deux ethnies se côtoient et vivent de leurs modes de vie traditionnels.

Les premiers à s’être installés dans le secteur sont les Hadzabés, une des dernières population de chasseurs cueilleurs d’ Afrique. Leur présence dans la région remonte à des millénaires.
Les Dagotas ayant des traditions et une culture proche de celles des Maasaï, sont des éleveurs de bétail originaires du Ngorongoro. Ils ont été chassés vers le sud par les Maasaï et sont venus s’installer dans la vallée de Yaeda.

Ces tribus continuent à perpétuer leurs traditions ancestrales.

Le stratovolcan Ol Doinyo Lengaï

Le Ol Doinyo Lengaï est un stratovolcan situé dans la Vallée du grande Rift, longeant au Nord-Est la zone de conservation, il fait partie du massif du Ngorongoro. C’est une région isolée de la Tanzanie, offrant un cadre grandiose et authentique. Bordant le Lac Natron, un des lacs les plus calmes du pays, ce volcan est le dernier actif de la Tanzanie.

Vous avez la possibilité de visiter les alentours de cette montagne sacrée en explorant les terres des Maasaï du Nord, accompagnés d’un guide de la tribu. Pour des raisons de sécurités, nous ne proposons pas l’ascension.

Conseils pour un safari dans le Zone de Conservation du Ngorongoro

Meilleure période : En fonction de ce que vous souhaitez observer, certaines périodes sont plus propices que d’autres : la grande migration des gnous et zèbres entre décembre et mars et l’observation des félins (guépards, léopards, lions, servals…) le reste de l’année sauf entre avril et mai.

Durée conseillée : Selon les périodes et ce que vous voulez voir, il est bon d’y rester au moins quelques heures et même jusqu’à deux, trois jours lorsque la grande migration est présente sur le territoire. Vous avez la possibilité de traverser la zone de conservation à l’aller et au retour de votre expédition au Serengeti.

Notre avis : Rien que par son mythique cratère du Ngorongoro, l’endroit est un immanquable ! Et bien que le reste de la région soit moins courue, elle mérite de s’y attarder quelques heures lors d’un safari vers le Serengeti. La NCA est donc un incontournable pendant la Grande Migration !