Parmi les parcs les plus renommés du Nord de la Tanzanie, le parc du Tarangire occupe une place particulière. Reconnu comme l’un des meilleurs parcs de safari dans le monde pour sa concentration de baobabs et d’éléphants, ainsi que sa petite migration d’herbivores entre juillet et novembre, il fait partie des parcs « coup de cœur » de nos voyageurs !

Une situation idéale, au cœur de la Vallée du Grand Rift

Le Parc du Tarangire s’étend sur 2850km² et se trouve au sein d’une zone de protection de la vie sauvage (appelée Wildlife Management Area ou WMA) créée en 2006 par les autorités locales sur 20 000km².

L’entrée principale se trouve à 30mn de piste de la jonction de Makuyuni, elle-même située à 1h de route de la ville d’Arusha. Le parc est facilement accessible, ce qui en fait une excellent choix pour les courts safaris et les familles avec enfants.

Les légendaires troupeaux d’éléphants et les mythiques baobabs

L’écosystème du Parc du Tarangire est plus dense d’un point de vue végétation que le Parc du Serengeti, avec des acacias semi-arides et régions boisées. Le parc est renommé pour ses mythiques baobabs, qui s’étendent le long de la rivière et au-delà. Demandez à votre guide de vous conduire près d’un baobab un peu spécial, appelé « baobab des braconniers » car son tronc est creux et la légende raconte qu’il servirait de cachette pour les braconniers …

L’attribut principal du parc est la Rivière Tarangire qui s’étend du Nord au Sud, entourée d’herbes et de bois ponctués de quelques palmiers. Elle rassemble des dizaines d’animaux, regroupés pour boire, en particulier pendant la saison sèche où les points d’eau se font de plus en plus rares. Le parc est un véritable sanctuaire pour les éléphants, dont le nombre a été estimé à 2500 pendant le recensement de 2009. Des études plus récentes ont montré que c’est le seul parc de Tanzanie (avec le Parc National du Serengeti) où la population d’éléphants est en croissance, malgré la menace qui pèse sur eux avec le braconnage des défenses.

Il est difficile d’estimer la population des autres espèces animales présentes dans le Tarangire, car les derniers recensements remontent à des dizaines d’années, mais les dernières estimations faisaient état d’environ 25 000 gnous, 30 000 zèbres, 6 000 buffles, 2 700 girafes, 5 500 élands, 30 000 impalas et 2 000 phacochères.

La petite migration du Tarangire

Moins connue que la Grande migration de la région du Serengeti-Ngorongoro , le Parc National du Tarangire connait également une petite migration. Pendant la saison sèche, entre juillet et octobre/novembre, des troupeaux d’éléphants, de zèbres, de gnous ou encore d’antilopes se rejoignent pour étancher leur soif sur les rives du Tarangire. Pendant la saison des pluies, une partie de la vie sauvage se disperse au Nord et au Sud du parc, mais le Tarangire offre toujours un spectacle inoubliable avec des oiseaux plus présents que jamais et des lions (contre toute attente) plus faciles à localiser et plus actifs la journée. Les prédateurs sont d’ailleurs très présents dans la principale zone touristique du Tarangire (autour de la rivière entre le Tarangire Safari Lodge et le Tarangire Sopa Lodge), en particulier les lions et léopards.

Un paradis pour les amateurs d’oiseaux

Le Parc du Tarangire est un excellent choix pour l’observation des oiseaux avec environ 500 espèces recensées. Les oiseaux à acacia sont facilement observables dans le Nord du parc : calaos, hirundinidés, étourneaux, tisserins … On y trouve également des francolins à cou jaune, des perruches à ventre orange, ou encore des barbicans à diadème. Parmi les rapaces, vous pourrez observer des bateleurs des savanes, des pygargues vocifer et des palmistes africains.

Au-delà des circuits touristiques

La majorité des voyageurs visite le parc du Tarangire sur une journée et se concentre sur la partie Nord du parc. Mais le Tarangire saura ravir ceux qui y passent 2 ou 3 jours et décident d’aller au-delà de cette zone plus fréquentée. Nous vous conseillons en particulier la zone proche du Lac Burunge pour observer les tragélaphes rayés et les koudous, la colline de Kitibong pour les grands troupeaux de buffles et la zone marécageuse de Lamarkau pour observer les hippopotames et oiseaux.

Activités dans le parc

Au-delà des safaris 4×4, il est possible d’organiser des safaris à pieds ou de nuit dans le Tarangire. Il est également possible de faire un safari en mongolfière durant 1h, clôturé d’un petit déjeuner dans la savane (prix : environ 450 USD par personne).

N’hésitez pas à nous dire si vous souhaitez inclure ces activités dans votre programme !

girafe tanzanie

Où dormir après un safari au Parc du Tarangire ?

Il existe une multitude d’options pour dormir avant ou après un safari dans le Parc du Tarangire.

Vous pouvez déjà choisir de dormir au sein du parc, ce qui vous permet d’être au plus proche de la nature et des animaux, mais qui est également un peu plus cher. Plusieurs options s’offrent à vous :

  • Le camping : vous amenez votre sac de couchage et on s’occupe du reste ! Pour les amoureux d’aventure, c’est une occasion unique de dormir au cœur de la nature, de croiser des éléphants en allant se coucher et d’entendre des hyènes en pleine nuit (pensez à rentrer vos chaussures dans la tente … les hyènes s’en font un festin !). C’est également l’option la plus économique pour dormir dans le parc.
  • Les tented camps ou les lodges : un hébergement tout en confort et rempli de charme, tout en étant au cœur de la nature. Ambiance « Out of Africa » garantie. Le must, c’est le Tarangire Safari Lodge. Le plus vieil établissement du parc, avec l’une des plus belles vues de Tanzanie et où il n’est pas rare que des éléphants viennent vous faire un petit coucou à la piscine …

Pour ceux qui dorment en dehors du parc, vous avez le choix entre :

  • Les Tented camps qui se trouvent à proximité du Parc comme le Sangaiwe Tented Lodge, le Burunge Tented Lodge ou le Maramboi Tented Loge, qui offrent un excellent niveau de confort et de service, de magnifiques vues sur les lacs alentours et parfois quelques visites impromptues d’animaux. Ils ont l’avantage d’être moins chers que les camps se situant dans le parc.
  • L’autre possibilité est de rejoindre les villes les plus proches de Mto Wa Mbu ou Karatu (si vous poursuivez votre séjour vers le Cratère du Ngorongoro ou le village d’Endallah) ou vers Babati / Katesh si vous avez choisi de vous lancer dans l’ascension du Mont Hanang. Dans ces villes, vous pourrez loger chez l’habitant ou dans des chambres d’hôtes bon marchés, pour faire des économies et être au plus proche des locaux !

Maintenant, il n’y a « plus qu’à » préprarer le sac, l’appareil photo, la crème solaire … et c’est parti pour un safari en Tanzanie inoubliable !